Bienvenue à Morroland
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Histoire de l'Hospice de Morroland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
grodoudou
Mister Mod
avatar

Nombre de messages : 1595
Localisation : Anywhere out of the world
Date d'inscription : 07/09/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 06 Mai 2005, 02:53

La dissolution du cadavre avait pris plus de temps que Grodoudou n'aurait pu l'imaginer.
- "Il faudra que je suggère à Rojhann de revoir la qualité de l'acide qu'il achète", se dit-il en pensant à l'Econome et à son habituelle recherche du moindre prix.
Mais un bruit dans le couloir menant aux cuisines le fit rapidement sortir de ses pensées.
- "Bon sang, il est bientôt l'heure du déjeuner et les cuisiniers arrivent", réalisa-t il subitement.
Il eut juste le temps de ramasser l'étrange bague qui luisait au fond de l'évier et de s'engouffrer dans la grande salle du réfectoire quand les cuisiniers entrèrent dans la cuisine, sans rien remarquer d'anormal.
Le Gardien connaissait bien le style culinaire de la maison, que résumait à elle seule la devise du cuisinier en chef : "On ne va pas se casser le potiron pour une bande de débiles !". Et en effet, les cuisiniers étaient parvenus à réduire le temps de préparation des repas à une dizaine de minutes au maximum. Ce qui signifiait pour Grodoudou qu'une horde de pensionnaires allait très bientôt envahir la salle où il se trouvait et où il n'avait aucune envie d'être aperçu par un quelconque témoin.
Le Gardien se faufila donc à l'extérieur et se dirigea discrètement vers un bosquet situé à quelques pas du bâtiment. Là, il sorti son canif et fit mine de tailler les branches basses d'un arbre qui n'en avait manifestement pas besoin. Mais ce grossier subterfuge lui donnait quelques minutes pour observer les alentours et constater avec soulagement que personne n'avait dû le remarquer. Il revint donc tranquillement vers sa maison au moment même où la cloche annonçant le repas sonnait derrière son dos, suivie de près par l'écho des pensionnaires qui se précipitaient vers le réfectoire.
Mais le Gardien n'entendait pas ce bruit : son esprit était entièrement absorbé par cet étrange anneau qu'il tenait dans sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eta.carina.free.fr/Morrowind/index.php
Rojhann
Le Pingouin Déjanté, Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5698
Age : 28
Localisation : Par ci, par là....
Date d'inscription : 27/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 06 Mai 2005, 13:08

Soudain, des bruits sourds résonnèrent dans les couloirs, et Rojhann sursauta.

coup d'oeuil vers la pendule, "ce doit être l'heure du déjeuner" se rassura t-il.

Il fit alors tourner l'amulette entre ses doigts, celle-ci miroita dans les rayons diaphanes qui traversaient les rideaux.

Elle lui évoquais le souvenir de téléporteur magique, faisant office de télétranscritpeur d'images rééls, des hologrammes en somme.


Il rangea alors dans son manteau les documents, et fit glisser son doigt le long du croissant en ivoire, au sommet de l'amulette.

La salle fut ébloui, Rojhann tomba par terre, les rideaux se morcelèrent, brulés par la chaleur, et l'amulette fondit tout simplement.

Une silhoutte de détachait de la source de lumière, elle paraissait surprise de son environnement actuel, à ce que put en juger Rojhann, alors à la limite de la rupture rétinienne.....

_________________
[JEU]Des fautes se sont glissées à mon insu dans ce message! Saurez-vous les retrouver? si vous avez les bonnes réponses, téléphonez au 08 22 45 63 21 (58€/min), ou par sms au 1245 (124€/sms). Jouez-vite à notre grand-jeu et gagnez peut-être des cadeaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Zebra
Tailleur de Costards à Rayures et Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1709
Age : 34
Localisation : Yvardenfell (voire la Bretagne)
Date d'inscription : 13/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mer 11 Mai 2005, 19:43

... Arkhon décida de concentrer son attention sur ce qui était manifestement une ancestrale ruine daedrique. La porte entrebaillée laissa filler un vent glacial qui siffla en passant entre la porte et ses gonds. Le mage de guerre passa le cadre de la porte et comenca à s'engager sur un long escalier de pierre violette d'où émmanait une faible lueur. arrivé au pied de cet escalier il eu la sensation d'une présence et se dissimula du mieux qu'il put dans l'ombre d'une grande colonne. Ainsi camouflé, la créature qui passa en vociférant à seuleument quelques pas de lui ne le vit pas. Elle était grande, au moins deux bons mettres cinquante, et sentait la mort et la putréfaction. Tel un cadavre enveloppé dans un linceul sa robe en lambeaux dut être blanche il y avait de cela plusieurs années. Arkhon manqua lacher un cri d'effroi lorsque la créature tourna vers lui son regard. Le mage de guerre était expérimenté et avait combattu toutes sortes de monstres morts ou vivants mais celui qui se tenait devant lui dépassait tous ses cauchemards : il reconnu les traits déformés par la douleur, rongés par les vers et couverts de signes cabalistiques du garde de Balmora dont le cadavre avait mysterieusement disparu. Le doute n'était plus permis : un puissant nécromencien devait avoir élu domicile dans ces vieilles catacombes sous les fondations même de l'hospice. Arkhon réprima sa terreur et resta dans l'ombre jusqu'à ce que la créature disparut par un couloir sur sa droite. Se décidant brusquement il prit ses jambes à son coup et remonta en trombe les escaliers, il ferma la porte du sanctuaire avant de la sceller par un sort puis il rouvrit la porte par laquelle il était arrivé au jardin et.. glissa sur le plan incliné tenant lieu d'escalier. Il arriva en bas du tobogan inconscient mais sans être blessé...

_________________
Recruteur du CCEPM, Médiateur interministeriel du CFM, Inventeur et Co-MJ de Fantasyland
Modo-flingo-déglingo du fofo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rojhann
Le Pingouin Déjanté, Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5698
Age : 28
Localisation : Par ci, par là....
Date d'inscription : 27/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mer 11 Mai 2005, 20:38

....L'être envellopé dans la lumière était indéfinnissable.


Le regarder de deux endroits différents changer tout. D'un certain angle de vue, il parraisser monstrueux, sentait la mort et la chair en décomposition. De l'autre on l'aurait pris pour un ange, inspirant bonheur et confiance.


Mais de là où était Rojhann, il ne vit qu'un homme senescent, rongé par la viellesse, ratrapé par le temps.

Et celui-ci parla: "Enfin, merci pour tout, d'ailleur je vous dois beaucoup, mais malheureusement je vais devoir vous tuer, pour partir à la recherche du sanctuaire. "

Il fit un pas de côté, et la confiance qui submergait Rojhann se transformat en peur irrépressible, en déchirement morale devant l'inéluctable douleur qui venait, s'approchant tout doucement, sous la forme d'une liche, envellopé d'un mince linceul noir, flottant derrière sous la force d'un vent inexistant.


Puis, il se déplace vers l'avant, et se transforma sous les yeux de l'Econome en trentenaire paisible, pipe à la bouche, et Rojhann se détendit. L'autre s'adressa de nouveau à lui: "Mais je n'aime pas voir mourrir les gens dans l'ignorance totale, la douleur suffit amplement...."

Pas vers l'arrière, et la liche continua: "Je viens ici dans un but précis, aller dans le sanctuaire se trouvant sous ce bâtiment, c'est tout ce que je veux que vous sachiez.... adieu"

Il s'approcha, devint une hyène gigantesque, en train de brûler vive dans une douleur atroce, toutefois sans perdre des partie de son corps.
Sous l'effet de cette image, Rojhann retrouva ses esprits pour que la douleur soit plus grande.

Sauf que celui-ci n'oublia pas ses réflexes, et il fuit par la porte, tas de cendres brûlé par la lumière de l'apparition.

_________________
[JEU]Des fautes se sont glissées à mon insu dans ce message! Saurez-vous les retrouver? si vous avez les bonnes réponses, téléphonez au 08 22 45 63 21 (58€/min), ou par sms au 1245 (124€/sms). Jouez-vite à notre grand-jeu et gagnez peut-être des cadeaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Zebra
Tailleur de Costards à Rayures et Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1709
Age : 34
Localisation : Yvardenfell (voire la Bretagne)
Date d'inscription : 13/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Jeu 16 Juin 2005, 20:19

... Arkhon recouvra rapidement ses esprits. Une vilaine bosse à la tête et la peur au ventre il se lanca en avant à travers le dédale de couloirs. Il fini par déboucher sur la salle dans laquelle il s'était mysterieusement retrouvé attaché suite à sa rencontre avec un fauve génétiquement modifié et plonga sous le lit pour y récupérer les pièces d'armure daedrique qu'il y avait entreposé. Enfilant ses bottes et ajustant son armure, Arkhon senti un courant d'air glacé évocateur traverser la pièce. Il fit volte face et dégaina Chrysamère de son fourreau.. Rien. Scrutant les recoints de la chambre sombre le mage de guerre percut d'où venait le courant d'air qui fit claquer la lourde porte métallique : une lueur rouge émanait d'un des murs, derrière une grande armoire en chêne. De quelques moulinets des bras, Arkhon fit voler le bois de l'armoire en copeaux. Le souffle froid semblait suivre la lueur qui faiblissait de plus en plus. Le mage décida de partir explorer la vaste salle en contrebas de l'ouverture tout en songeant qu'il aurait bien besoin de renfort pour visiter ce qui semblait être une aile du sanctuaire daedrique souterrain...

_________________
Recruteur du CCEPM, Médiateur interministeriel du CFM, Inventeur et Co-MJ de Fantasyland
Modo-flingo-déglingo du fofo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rojhann
Le Pingouin Déjanté, Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5698
Age : 28
Localisation : Par ci, par là....
Date d'inscription : 27/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Dim 10 Juil 2005, 21:24

Hereusement pour Rojhann, l'infirmerie secondaire était à deux pas.

Profitant de l'ingorance de l'esprit de la construction de l'hospice et de l'enfilement de couloir qui régissait l'étage, il se faufila rapidemment.

Après avoir vérifié qu'il n'avait pas été suivie par l'apparition, il ralentit et ouvrit la porte de l'infirmerie secondaire, profitant de l'approvisionnement récent de l'étagère médicale pour se soigner un peu.


Tout tournait autour de cette soit disante ruine sous l'hospice.

d'abord les agresseur fantôme, cette étrange espionne, cet esprit, le policier qui surgit du passé, et ainsi de suite....


Pourvu que le directeur réapparaîsse, pensat-il.

_________________
[JEU]Des fautes se sont glissées à mon insu dans ce message! Saurez-vous les retrouver? si vous avez les bonnes réponses, téléphonez au 08 22 45 63 21 (58€/min), ou par sms au 1245 (124€/sms). Jouez-vite à notre grand-jeu et gagnez peut-être des cadeaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 16:44

C'est là qu'il tomba nez à nez avec un nouveau personnage qu'il n'avait encore jamais vu. Une jeune femme couverte de bijoux scintillants, des plumes sur la tête, portant un fourreau bariolé le fixait avec un air amène qui l'effraya.
"La liche a ramené des copines succubes, on va pas s'en sortir"pensa Rojhann.
Comme il demeurait interdit, la femme prit la parole et s'accompagna d'un mouvement de bras d'une telle ampleur qu'elle fit tinter tous ses bracelets comme autant de clochettes :
"Bonjour jeune homme, je suis la grande Iannanis, la barde morrolandaise de renommée internationale que le directeur de cet hospice a contactée pour une petite prestation, hu! hu! hu!"
La voix était flûtée, bizarrement modulée, et Rojhann n'avait jamais entendu parler de cette Iannanis.
"Heu..."
"Oui", reprit la barde,"j'aimerais savoir où je puis m'installer, et vite, parce que mon porteur a épuisé ses sort de téléportation et ne peut plus déplacer mes bagages, hu! hu! hu!"
Là, Rojhann remarqua ce qui lui avait échappé jusqu'à présent : un petit homme tout fin et tout aussi coloré que la femme s'épongeait le front, visiblement accablé de fatigue, devant une montagne de paquets, valises, sacs, qui atteignait le plafond. Voilà qui expliquait pourquoi l'infirmerie lui avait parue rétrécie. Iannanis suivit le regard de Rojhann.
"C'est mon petit nécessaire indispensable". Puis, avec un brin d'impatience, elle ajouta :
"Alors? C'est pour aujourd'hui ou pour demain? Et avertissez le directeur de mon arrivée !"
Qu'elle est grossière ! pensa Rojhann ;il dit à voix haute :
"Bonjour madame, je suis Rojhann, j'enquête actuellement sur cet hospice, et je cherche moi-même le directeur, mais nous pouvons chercher ensemble." Mais au moment où il dit cette dernière partie de la phrase, il la regretta en se demandant pourquoi il n'avait pas pu s'en empêcher.
"D'accord, monsieur Rojhann, mais laissez-moi juste le temps de faire une mini toilette, le voyage m'a ébouriffée, je serai prête dans un instant,hu! hu! hu!"
Elle entreprit de fouiller dans ses bagages mais émit presque aussitôt un soupir de désolation : ce qu'elle désirait se trouvait justement dans le bas de la pile, inaccessible à moins de tout déranger. Comme elle allait s'y résoudre, Rojhann intervint immédiatement et empêcha un nouveau désastre :
"Vous ferez cela quand vous serez installée, madame, ou bien laissez votre porteur s'en charger (le porteur lui jeta un regard assassin), et allons chercher le directeur."
Elle sourit :
"Oui, allons-y, vous êtes charmant, voulez-vous un autographe?"
Il soupira.
"Venez madame." Il pensa qu'il pourrait bien la perdre dans un endroit dangereux, l'approcher de la barrière électrifiée par exemple.
"Appelez-moi Iannanis"

Et il sortirent de l'infirmerie secondaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FORH
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 1601
Age : 27
Date d'inscription : 02/04/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 20:10

C'est alors qu'un homme vêtu d'un long manteau noir et armé d'une longue épée à deux mains défonça la fenêtre juste devant Rojhann et Iannnanis provoquant, de ce fait, une pluie de débris dans le couloir...

Mais il avait mal prévu son coup et son saut se termina bien trop loin....
Sa tête heurta le mur avec violence...

"'Tain, heureusement que j'avais mis mon casque, je m'en serait pris plein la tronche autrem..."Il interrompit sa phrase en voyant Rojhann et Iannanis..

"Bien le bonjour, je me présente, Popol, vampire par intérim, à qui ais-je l'honneur ?"dit-il après avoir rengainé son épée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rojhann
Le Pingouin Déjanté, Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5698
Age : 28
Localisation : Par ci, par là....
Date d'inscription : 27/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 20:51

Devant ces deux aparitions plutôt surprenantes, Rojhann resta perplexe.

Soit la douleur à la tête était à la base de mirages, soit il fallait réélement s'inquiéter....

Depuis quelques jours, l'hospice étaient devenu une vraie foire, où l'on croisait des personnages etravagants à tout les coins de rue.

Rojhann, qui n'avait jamais été sociable avec les chanteuse mégalomanes et les vampires sous CDI, sans doute n'en avait t-il eu jamais l'occasion, décida d'écourter les présentations et de s'en aller en douce durant l'énonciation de la discographie de Iannanis.

"un othographe.....pffff...." pensa t-il en courant


profitant de sa parfaite connaissance du terrain, il se dirigea vers les ruines

_________________
[JEU]Des fautes se sont glissées à mon insu dans ce message! Saurez-vous les retrouver? si vous avez les bonnes réponses, téléphonez au 08 22 45 63 21 (58€/min), ou par sms au 1245 (124€/sms). Jouez-vite à notre grand-jeu et gagnez peut-être des cadeaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 21:52

Iannanis venait d'achever l'énumération de sa discographie et allait proposer une petite démonstration gratuite quand elle s'aperçut de la disparition de Rojhann.
"Mmh", fit-elle,"un membre du personnel ne m'aurait pas faussé compagnie de la sorte, à moins qu'il n'ai pris les devants pour avertir le directeur."
Elle se tourna vers le nouveau visiteur, absorbé dans l'examen attentif de son casque, et jugea que ce public en valait un autre, surtout après une entrée aussi remarquée. Elle arbora donc son plus charmant sourire, leva les bras, secoua la tête, agita ses plumes, s'ébroua, inspira, ouvrit la bouche en faisant bien attention de baisser le larynx pour timbrer sa voix le plus agréablement possible...
" Ah, madame, pardonnez-moi cette intrusion quelque peu...inattendue, mais je testais le nouveau saut de crapaud de mes bottes, et il semblerait qu'il soit un peu trop puissant. Je suis vraiment confus des dégas commis et je m'engage à les réparer avant l'août, foi de vampire, intérêts et principal."
"Très original" répondit Iannanis en cessant d'agiter ses plumes.

Et elle entreprit d'expliquer à son tour la raison de sa présence ici, et comme elle en venait à son expédition pour trouver le directeur, elle remarqua la cuirasse daédrique de Popol. Elle poussa un cri :
"Oh! J'addooore le daédrique! Vous en portez souvent? Moi c'est les plumes ! Je les ai trouvées à Acucurbitassinaripal-Poilaubral, et on m'assure qu'elles ont été taillées dans les ailes d'une ombre ailée, confectionnées en fils par un sainte dorée et peintes à la bouche par un seigneur Drémora. C'est du travail très délicat."
Pourquoi diable lui avait-elle parlé d'Acucurbitassinaripal-Poilaubral ? Avant que Popol ait pu répondre elle enchaîna :
"Voulez-vous que nous cherchions le directeur, monsieur le vampire?"
"Vampire par intérim, madame, par intérim. C'est un excellente idée mais si vous aviez un petit marteau et une enclume pour réparer d'abord les ailerons de mon casque, je vous en serais reconnaissant."
Le ton du vampire était si affable qu'il n'était pas moyen d'y résister.
"Mais certainement, monsieur, je dois avoir cela dans mon nécéssaire, allons demander à mon porteur"

Quand il revinrent dans l'infirmerie secondaire, le porteur avait disparu.Ils trouvèrent un escabeau à sa place, auquel était accroché un message sybillin :"c'est afin de regarder la cave.Hin! Hin!"
Iannanis et Popol se regardèrent. Il se passait vraiment des choses étranges dans cet hospice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FORH
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 1601
Age : 27
Date d'inscription : 02/04/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 21:56

Voyant Rojhann partir, Popol voulu le suivre et laisser Iannanis qui voulait de l'aide pour ses bagages...

Profitant de sa vision thermique, il arriva à le suivre pendant quelques minutes, mais sa connaissance des lieux étaient trop importante, et Popol fut distancé...

Il se retrouva seul dans les couloirs...
En tendant l'oreille, il arriva à entendre des bruits de pas non loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky.Deat
Invité



MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 22:35

Et la, il vit ce que personne n'avait encore jamais vu. Un humanoïde étrange qui progressait dans le noir, en mode discrétion. Popol apella la chose mais elle s'enfuit en courant. Alors, Popol pensa a la légende de l'Hospice. Le terrible Sky.EnFauteuilRoulant. Il s'enfuit alors a son tour...
Revenir en haut Aller en bas
chiron
"Prononcez Kiron "
avatar

Nombre de messages : 391
Localisation : jamais là où on me demande...
Date d'inscription : 01/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 02 Aoû 2005, 23:31

pendant ce temps, un étrange personnage habillé en noir de la tête aux pieds, espionner, non loin du seuil de l'hospice. il suivit les événements en se demandant si la rumeur disait bien, "il y a un trésor dans la cave de l'hospice", ou "c'est bien la mort qui se cache dans l'hospice".
voir un vampire apparaître subittement commença à l'inquiété. mais c'est la curiosité qui l'emporta... et il s'avança vers le couple resté seul... un couteau à porté, en cas de complication.
il s'approcha.
à ses paroles, l'étrange femme sursauta, mais l'homme tomba, a priori de fatigue... :
"bonjours. je suis chiron, maître assa... maître lame. je suis à la recherche d'une pièce particulière dans l'hospice. pouriez vous me renseigner? "
elle répondit :
"Ah, il faudrait voir le directeur... je le cherche justement. voudriez-vous m'accompagné?"
"hum... désolé, mais je ne peux pas... je... enfin je ... "travail" seul.
si je le trouve, je vous préviendrais".
laissant la femme et son compère seule, et sans leur laisser le temps de répondre, il s'enfonça résolument dans les entraille de l'hospice... sa dague et ses sort prêt à servir, si il rencontre se fameux vampire, ou d'autre créature terrifiante que peux regorger un pareil endroit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mer 03 Aoû 2005, 01:16

Iannanis se retrouva seule encore une fois. Apparemment le charme n'agissait pas du tout, ou alors elle faisait peur et elle ne savait pas s'il fallait plutôt s'en réjouir ou s'en affliger.
"ah! ces hommes" soupira-t-elle.
Mais il était temps de passer aux choses sérieuses. D'abord retrouver le fidèle Droldegus, mystèrieusement disparu, puis se mettre au parfum, et puisqu'ils avaient tous l'air d'aimer les tenues sombres, elle devait en choisir une du même style. Ca lui sieyait moins au teint, mais les besoins de sa mission secrète étaient impératifs. Perplexe, elle se demandait comment elle allait pouvoir extraire sa nouvelle tenue de ses bagages, quand une de ses longues boucles d'oreille se mit à vibrer.
CRRRRRR....FFFFFFFF...TT....Bip..Bip
"Iannanis barde morrolandaise j'écoute"
"Alors, tu attends le déluge ou quoi ?"
Iannanis porta son poignet gauche à sa bouche, activa son bracelet et répondit :
"Ben, j'ai bien fait les incantations mais il tarde à venir."
"T'as encore perdu ton temps à jouer les jolis coeurs, et tu n'as pas encore retrouvé le Poil de la Barbe de Shéogorath! on nous a pourtant informé qu'il était caché dans le coin ."
"Il ne doit pas être loin, je sens la présence du dieu de la folie dans ce lieu, mais laissez-moi d'abord chercher."
"Tu sais que les Pères Supérieurs d'Acucurbitassinaripal-Poilaubral ont peu de patience. On t'as choisie pour cette mission, car tu étais la plus (la voix marqua un brève pause)...qualifiée pour fouiller l'hospice de Wormgond."
"Je sais, je sais. Droldegus a disparu."
"Mmh. C'est ennuyeux, ça"
"Oui, il a mon rouge-à-lèvres"
"..."
"BEN QUOI ? J'AI BIEN LE DROIT D'AVOIR DU ROUGE-A-LEVRES, NON?"
"Eh! tu vas te faire remarquer. Et fais très attention, ils ont des fauves coriaces."
"Je sais. Mais j'ai fait mes études à l'Orphéon et on nous a appris à jouer du pipeau enchanté pour dompter toutes les bêtes sauvages"
"Bon. Je raccroche... ET ENLEVE CES PLUMES !"

Iannanis se regarda dans le miroir de l'infirmerie secondaire. Elles étaient si jolies, ces plumes. Elle songea, vu l'air de folie qui émanait du lieu, que ce pouvait bien être toute la Barbe et non un seul poil, qu'elle trouverait. Elle les garderait pour elle, et trouverait bien un daedroth qui accepterait d'en tresser un bandeau, elle avait toujours rêvé d'avoir un bandeau...

Mais il fallait songer à sa mission. Elle se concentra, fronça les sourcils, grinça des dents, fit remuer sa robe comme on le lui avait appris à l'académie d'Acucurbitassinaripal-Poilaubral pour les cas d'extrême urgence, et se retrouva soudain en combinaison de caméléon, qui prenait la couleur du décor.
"Tiens, c'est plus pratique que mon anneau, ce truc"
Elle prit ses plumes, les lissa pour en faire des tiges et les rangea dans des poches de son pantalon spéciales range-plumes. Le contact du tissu les durcirait et les transformerait en parfaites pointes meurtrières en cas de besoin.
"A présent retrouvons Droldegus, mais avant assurons-nous de bien provoquer un déluge"
Elle se planta devant le miroir,emplit ses poumons, baissa le larynx, ouvrit la bouche... On a raison de dire que la différence entre une soprano et un pirhana c'est le rouge-à-lèvres.
"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa....aaaah! je ris ! de me voir si belle en ce miroir !"


Il y eut une violente explosion venue du plus profond des sombres nuées, et il se mit à tomber des hallebardes.
"J'ai peut-être été un peu fort" songea Iannanis, "mais ça les distraira."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FORH
Seigneur Vampire
avatar

Nombre de messages : 1601
Age : 27
Date d'inscription : 02/04/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mer 03 Aoû 2005, 13:51

Quand Popol entendit la détonation, il se trouvait dans un couloir sans fenêtres et il ne pouvait pas voir la pluie de hallebardes...

Il avait voulu poursuivre la personne qui se voulait discrète, mais elle était très rapide, peut-être un elfe des bois...

Il continua à déambuler dans les couloirs sombres de l'hospice quand, il aperçu une lumière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GraveWorm
Mister TESC que c'est ?
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : Cergy (95)
Date d'inscription : 11/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mer 03 Aoû 2005, 17:33

Depuis l’incident de la mémorable Bataille de Porcelaine, qui devait faire date dans la mémoire collective des internés comme dans celle du personnel de l’Hospice, depuis ce jour, donc, GraveWorm était sous une surveillance accrue de la part des infirmières et on lui avait concocté un sérum spécifique pour le tenir tranquille.
Mais au fil des mois la routine s’installa et bientôt d’autres idées d’évasions virent à l’esprit de notre homme.
Il avait fini par comprendre que sans une couverture un peu crédible pour sa fuite, il se ferait à nouveau prendre par l’une des nombreuses alarmes disposées sur tout le périmètre de l’inquiétant bâtiment.
Il tenta donc de plaider sa cause auprès de l’infirmière Principale Remplaçante et n’obtint rien d’autre que des menus travaux d’entretien des allées du parc, continuellement jonchées de détritus et d’emballages de gâteaux mous.
Il n’en fallait pas plus pour que tôt ou tard il distingue au loin la cabane du Gardien de l’Hospice…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mer 03 Aoû 2005, 18:58

Le premier problème à résoudre était celui des bagages, à la portée du premier venu. Certes, Iannanis les avait équipés d'un système d'auto-défense qui se déclenchait quand on s'approchait trop près, et qui consistait en jet de parfum, de fond de teint en poudre et de crème solaire, mais elle doutait que cela fût suffisant pour décourager les plus curieux. Elle les recouvrit donc de sa toile spéciale camouflage et contempla avec satisfaction le vide à la place du précédent mur.
"La dernière touche à présent."
Si on tentait de s'approcher, un cri perçant de femme en détresse devait venir du couloir voisin et, selon toute probabilité, faire courir le curieux dans cette direction.
Restait le problème de l'escabeau et de son message étrange. Pour quelle raison un escabeau devrait-il conduire à la cave ? Et pourquoi remplaçait-il Droldegus ? Elle examina soigneusement le papier mais ne put y déceler aucun mot caché ni codé. Elle passa alors à l'escabeau lui-même, et sa fouille approfondie lui révèla un bouton sur lequel elle déchiffra : "poussez là"
Intriguée, elle poussa là.
Aussitôt, il y eut un jet de fumée, et un petit pantin jaillit de la dernière marche :
"Regarde en l'air eh patate! hin! hin! hin! "
Iannanis fit un bond en arrière, poussa un petit cri et regarda en l'air. Il y avait effectivement une ouverture au plafond qu'elle n'avait pas remarquée d'abord.
"C'est encore un coup de Shéogorath qui veut jouer à la chasse au trésor, c'est sûr. Déjà que la dernière fois il m'avait envoyée tuer un netch géant à la fourchette !"
Néanmoins, après avoir inspecté le couloir voisin afin de s'assurer qu'il n'y avait personne dans les parages, elle grimpa sur l'escabeau en pensant que c'était fou ce qu'on pouvait faire avec des engins pareils, et s'engouffra dans un étroit boyau.
"J'espère au moins qu'ils ont fait la poussière" pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
grodoudou
Mister Mod
avatar

Nombre de messages : 1595
Localisation : Anywhere out of the world
Date d'inscription : 07/09/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 05 Aoû 2005, 00:51

Pendant ce temps, non loin de là, le Gardien était assis, les yeux fixes, l'air hébété. Ignorant les événements précipités qui se déroulaient au même instant dans le bâtiment principal de l'Hospice, il regardait l'anneau qui trônait, seul au milieu de la grande table vide.
Grodoudou était perplexe. D'où pouvait bien venir cette bague qu'il avait trouvée sur le cadavre d'un inconnu, et pourquoi cet inconnu avait-il tenté désespérément de pénétrer dans l'enceinte de l'Hospice ?
Les inscriptions gravées sur l'anneau l'intriguaient par dessus tout. Il s'agissait d'une langue qu'il ne connaissait pas.
- "Ça me rappelle cette légende de l'anneau unique, qui contient des pouvoirs fantastiques et rend invisible celui qui le porte", se dit-il en souriant.
- "N'importe quoi ! Il s'agit évidemment d'une bague ancienne qu'un brigand aura réussi à chaparder à un brocanteur".
Songeant comment le larcin de ce brigand s'était conclu dans l'acide, Grodoudou essaya d'enfiler la bague. Mais elle était bien trop petite et ne passait pas, même à son auriculaire.
- "Tiens, c'est bizarre, à la voir comme ça elle n'a pas l'air si petite que ça, cette bague", se dit-il.
Mais après plusieurs tentatives, il dut bien se rendre à l'évidence : la bague ne lui allait résolument pas. Un peu agacé par cet anneau récalcitrant, le Gardien finit par se dire que c'était probablement la bague d'une femme. Il décida donc d'aller essayer de trouver une des infirmières, puis il prétexterait un moyen pour lui faire essayer la bague sans trop éveiller sa curiosité.
Il ramassa donc l'anneau, le mit dans sa poche et sortit dans l'allée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eta.carina.free.fr/Morrowind/index.php
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 05 Aoû 2005, 12:41

Iannanis s'engouffra donc dans le sombre et étroit boyau que le diablotin lui avait indiqué. La fée électricité ne parvenait pas jusque là, ce qui en un sens était chose fort logique, vu qu'on ne loge pas des pensionnaires même agités dans des conduits d'aération, c'est vrai quoi à la fin.
Elle alluma donc le Scintille-Diamant qui pendait à son front et qu'elle avait trouvé chez G. Detout dans le quartier Montladsutuverramonmartre_bien qu'elle n'eût jamais vu son martre_ en plein centre de la capitale. Une occasion en or!

Mais revenons à nos moutons. Elle fit donc un peu de lumière, suffisamment pour voir que le boyau était vraiment étroit et long, qu'elle ne pouvait progresser qu'à plat ventre, mais qu'il avait l'air dégagé.
Elle n'avait pas fait trois mètres qu'un fracas épouvantable lui arracha les tympans, et elle eut juste le temps de se plaquer à la paroi pour éviter la hallebarde qui traversa le boyau et finit sa course dans la pièce en-dessous. Elle avait eu chaud, deux centimètres de tour de hanche en plus et elle eût risqué de voir sa combinaison déchirée ! Il faudrait absolument qu'elle revoit son incantation au déluge.
Prudemment, elle s'approcha du trou et y passa la tête. La pièce était sombre et vide. Elle poursuivit sa route.
La progression était lente et fastidieuse, on respirait mal dans ce conduit et Iannanis se demandait oùu il pouvait bien mener lorsqu'elle perçut une forme au loin qui avançait doucement vers elle. Elle plissa les yeux, scruta de son mieux le bout du tunnel et retint son souffle : elle venait de reconnaître une pieuvre.
UNE PIEUVRE ?!
Eh oui! une pieuvre. Une pieuvre pneumatique, pour avancer dans les airs. Le sang de Iannanis se figea dans ses veines, son coeur se mit à jouer à la corde à sauter avec ses intestins, elle demeura stupéfaite. Elle avait entendu des histoires terrifiantes à propos des pieuvres.
La pieuvre n'a pas de masse musculaire, pas de cri, pas de cuirasse, pas de dard, pas de pince, pas d'épines, pas d'épée, pas de décharge électrique, pas de venin, pas de griffes, pas d'yeux, pas d'oreilles, pas de nez.
La pieuvre, c'est la ventouse. Cette loque avance vers vous peu à peu. Soudain, elle s'ouvre, huit rayons s'écartent brusquement autour d'une face dont vous découvrez les deux yeux fixes. Cela se jette sur vous, vous garotte, vous paralyse et là vous découvrez l'inexprimable : cela n'a pas de dents, cela ne dévore pas, cela est vide à l'intérieur, c'est un sac. On n'est pas mangé vivant, non, ce qui est déjà épouvantable.
On est bu vivant.

Cette chose s'avançait donc lentement mais sûrement vers Iannanis, elle oscillait grâcieusement, mollement, flottant dans les airs sans un bruit, incolore et terne, de cette couleur indéfinissable de la poussière. Soudain, elle devint violette. Signe qu'elle était fâchée. Elle avait senti la présence d'un intru sur son territoire.
"Le temps se gâte" pensa Iannanis qui ne pouvait plus reculer et qui se voyait déjà absorbée par le monstre. Dans son affolement, elle lança la première incantation qui lui vint à l'esprit :
"Les oiseaux dans la charmi-i-i-i.....i-i-i-i-i-i-i-i-i-ille"
La pieuvre prit l'incantation de plein fouet, se mit à roucouler, et devint encore plus foncée. C'est quelque chose d'atroce d'entendre une pieuvre roucouler. On croit qu'elle tente une approche amoureuse.
"Zen, Iannanis, Zen." L'urgence se faisait sentir, et le monstre était vraiment très proche. Tout à coup, la lumière se fit, eurêka! comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt? Elle reprit ses esprits, se concentra et fit son incantation de Marguerite-au-rouet. Aussitôt, la pieuvre se trouva saucissonnée dans un fil de laine d'une solidité à toute épreuve.
Iannanis, avant de la faire glisser jusqu'au trou de la hallebarde, eut le temps de saisir un billet collé à l'une des ventouses :
"Première grille au plafond. Bonne route, pupuce"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pitoun
Miss Chat Rypotter
avatar

Nombre de messages : 669
Age : 55
Localisation : PACA
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 05 Aoû 2005, 19:10

Au fin fond des îles Caïman, Pitoun ressentit soudain une vive douleur à la poitrine.

Un de ses chers animaux souffrait. Se concentrant sur l'origine de la douleur, elle perçut que c'était sa dernière petite pieuvre chérie qui avait des problèmes. Ses compagnes n'allaient pas tarder à lui porter secours et neutraliser l'intrus qui a eu l'audace de s'attaquer à une des leurs.
Avant de partir, elle les avait pourtant mises à l'abri dans les conduites d'aération de l'hospice, pour qu'elles puissent se déplacer à leur guise, et nettoyer les conduits par la même occasion.
Heureusement qu'elle les avait dotées de capacité télépathique, elles pouvaient communiquer entre elles et avec leur maitresse , où qu'elle soit.

Dans l'interminable attente de la suite des événements, Pitoun se hâta d'achever son travail dans l'éventualité d'un départ imminent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rojhann
Le Pingouin Déjanté, Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5698
Age : 28
Localisation : Par ci, par là....
Date d'inscription : 27/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 05 Aoû 2005, 22:23

Après avoir forcé 5 portes, passé quelques dangers mineurs, Rojhann se retrouva devant une grande cascade.

que pouvait-il faire pour grimper?


de toutes évidences, il lui fallait aller chercher une tenue complète d'alpiniste de chez bricomarché....


"comme celle rangée dans le placard de l'entrée tertiaire..." pensa t-il


Il décida donc de faire demi-tour, au pas de course.


arrivé devant le couloir principale, ils e figea, devant lui à une vingtaine de mètres, se tenait Chiron.

même de dos, il le reconnaissait. que pouvait-il bien faire ici?

il ne savais pas comment il allait réagir à sa présence et décida de se cacher de l'intru

_________________
[JEU]Des fautes se sont glissées à mon insu dans ce message! Saurez-vous les retrouver? si vous avez les bonnes réponses, téléphonez au 08 22 45 63 21 (58€/min), ou par sms au 1245 (124€/sms). Jouez-vite à notre grand-jeu et gagnez peut-être des cadeaux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Ven 05 Aoû 2005, 23:58

Iannanis continuait à ramper en scrutant le plafond afin de ne pas manquer la grille. La situation n'était guère confortable : elle avait mal au cou et regrettait de ne pas avoir songé à l'écharpe massante que la belle-mère de Blanche-neige lui avait offerte. Il est vrai que cette écharpe lui avait joué quelques tours pendables comme une tentative d'étranglement, ce qui est insupportable pour une chanteuse, mais Iannanis avait menacé de l'effiler et de la transformer en filet de pêche. L'écharpe était coquette, elle tint à son intégrité et promit de ne jamais recommencer.
Comme Iannanis pensait à elle en soupirant, elle s'arrêta brusquement. Quelque chose bougeait au fond.
"Encore une de ces saletés qui ressemblent à des chiffons ! Ils les ont engagées pour faire la poussière ou quoi?"
Malheureusement, ce n'est pas une, ni deux, ni trois, ni dix...aaaaah, mais beaucoup plus, qui avançaient inexorablement, leurs tentacules d'une belle teinte aubergine (elles avaient l'air très fâché) flottant en mesure dans le vide.
"Damned, I am refiled (étudiants en anglais, ne mettez pas ça dans vos copies, la situation n'est pas très orthodoxe et notre héroïne un peu émue)" murmura Iannanis avant d'ajouter :"au temps pour moi."
Avec une masse pareille, Marguerite au rouet n'aurait jamais assez de fil pour saucissonner tout ce monde, même en appelant la Belle au Bois Dormant en renfort. Seule solution possible : reculer jusqu'au prochain trou et trouver un autre chemin. Mais Iannanis n'était pas au bout de ses peines : une masse semblable arrivait par l'autre côté, et semblait déterminée à prendre notre héroïne en sandwich.
Nulle échappatoire. La situation était grave. Le Charme d'Orphée ne fonctionnait pas sur ces bestioles, alors les "J'ai perdu mon Eurydice"-"Divinités du Styx" et autres pipeautages, elle pouvait les oublier.
Devant l'urgence, elle appella sa Centrale :
"Rossignol Longsanglottant appelle Jojo le Bricolo... Rossignol Longsanglottant appelle Jojo le Bricolo...A L'AIIIIIIIIIIIIIIIIIDE"
"Ouais ?" Répondit une voix trainante
"Jojo ?"
"Non, moi c'est Doc Gin&Ko. Pfff..."
"Passe-moi Jojo."
"Il est pas là.Pffff... Comme tout bon castor il travaille de la queue."(éloignez vos enfants. Ou vos parents)
"JE M'EN FOUS!!!!! J'ai besoin d'aide et vite, je suis entourée par des dizaines de pieuvres pneumatiques qui menacent de me boire !"
" Aaahh...Pfffffff....C'est pas bon de fumer les plumes daédriques, ma chérie, viens me voir, j'ai que des produits de qualité..."
"MAIS CE NE SONT PAS DES HALLUCINATIONS !"
"Pffff... Ils disent tous ça."
"IIIIIHHHH, ELLES APPROCHENT !"
"PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF.....heu...T'as qu'à te cacher dans une huître géante. Ciao"
Il raccrocha.


Une huître géante... Voilà la solution. Iannanis regarda la grosse perle qui ornait une de ses bagues. Cette perle, elle l'avait gagnée lors d'une pêche à l'huître à poil ras dans un dancing au bord du lac Baïkal. C'était une des missions de Shéogorath, et comme elle avait été la plus rapide, le dieu l'avait récompensée de cette perle, qui avait le pouvoir d'invoquer une huître géante quand on la frottait.
"Tu verras", avait-il dit,"c'est très confortable, c'est molletonné"
Iannanis, frotta la perle, ouvrit l'huître, s'y glissa et referma le...bref, la referma. Il était temps. A peine avait-elle accompli ce geste qu'elle se sentit soulevée, ballottée, secouée dans tous les sens, comme dans l'essoreuse à salade géante que Jojo le Bricolo lui avait fait tester un jour.

C'est que dehors, les bestioles se battaient pour leur proie et que plusieurs équipes s'étaient constituées, qui s'empoignaient copieusement par les ventouses et se lançaient à présent le paquet comme un ballon de rugby. Un tir plus puissant, et très bien ajusté, projeta l'huître à travers un grille du plafond.
Celle-ci retomba violemment sur le sol, s'ouvrit et expulsa une Iannanis verdâtre et échevelée, la combinaison de travers et les bijoux dans tous les sens. Elle se releva et gémit :
"J'ai le mal de mer"
On l'aurait à moins.
Quand elle aperçut des tentacules qui dépassaient de la grille par laquelle elle venait d'entrer, elle s'y précipita à quatre pattes_ la station debout était par trop risquée_ saisit la grille, la rabattit et la scella une bonne fois pour toute.
Puis elle s'effondra épuisée sur le sol.

Pendant ce temps, à la centrale, Jojo le Bricolo revenait_heï-ho_ du boulot.
"Pas d'appel ?"
"Pfff... Si... Iannanis était coincée à sa sauterie, elle trouvait personne pour la ramener...Elle se croyait cernée par des pieuvres pneumatiques...PFffffff..."
"Alors ?"
"Pfff...J'lui ai dit de prendre une huître géante."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iannanis
Mascotte 2006
avatar

Nombre de messages : 2046
Age : 40
Localisation : Dans mes cordes
Date d'inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 09 Aoû 2005, 16:27

Après avoir recouvré ses esprits, Iannanis se remit sur ses jambes et examina la pièce dans laquelle elle avait atterri. C'était une assez vaste salle de bain qui, étant donné la chaleur et l'humidité, devait servir de hammam à l'occasion, ce qui expliquait la présence de la bouche d'aération.
"Un bassin avec des bulles!" s'écria Iannanis pleine d'envie alors qu'elle contemplait la baignoire à jakouzi.
Le mur ouest avait été remplacé par des baies vitrées qui s'ouvraient sur une vaste terrasse, au milieu de laquelle s'étalait une large piscine, bâchée en l'absence du directeur.
Bon. Mais tout cela ne lui disait pas où elle pouvait trouver la Barbe de Shéogorath.
"Mmh", fit-elle, "je range l'huître et je teste les bulles."
L'huître avait un peu souffert du choc, néanmoins ça avait dû lui délier la langue car elle se mit à parler :
"J'ai deux messages pour toi ma grande!"
Iannanis sursauta.
"Pour me réparer, c'est uniquement chez Porshe, le garagiste dwemer de Lonsanglot."
"Oui. Certes. Quand j'aurai terminé ma mission"
"Justement, c'est le deuxième message" Et l'huître se mit à chanter à tue-tête :" J'AURAIS VOULU ETRE ARCHIVIIIIIIIISTE !..."
Iannanis se jeta sur elle, la referma, la fit disparaître dans sa bague.
"Pfuit ! toutes les mêmes ces chanteuses! elles ne supportent pas la concurrence" fit une voix étouffée.


Le message était assez clair, du moins c'est ce que pensait Iannanis. Le jeu de piste continuait et il fallait fouiller les archives de cet appartement, qui avait tout l'air d'être le lieu de villégiature du Directeur. Elle sortit de la salle de bain, traversa ce qui lui sembla être la chambre, puis une antichambre et pénétra dans le bureau. Evidemment, quand le directeur s'en va, il ferme les portes extérieures mais pas les interieures !
Elle s'approcha prudemment d'une bibliothèque dans un coin et regarda les ouvrages susceptibles de l'intéresser.
La collection Victorius Hugolus avec L'Homme qui pète, Les Travailleurs de la Mère, Notre-Dame de Longsanglot..."Non c'est pas ça"
La Chèvre dans la Vallée d'Honoré du Larzac..."Pas ça non plus".
Le manuel de Boéthia :99 amants, mode de sélection
Les mémoires de Boéthia :99 coups d'essai, 0 coup de maître
Quelques oeuvres de Molag Bal : Les Jeux de Patience, Mérites et Vertus de l'inséminaton artificielle, Beaucoup de bruit pour rien "Tiens, j'ai appris quelque chose".
Comment se débarrasser de 50 fils et 50 filles par le Roi Priam en dix volumes.
Comment se débarrasser définitivement de sa femme par Orphée en deux minutes.
Recette authentique de la Poule-au-pot sans les plumes par le Bon Roy Henry
Les contes de ma Mère l'Oye, Les comptes de mon Père le Jars- ruiné par ma mère l'Oye, Accommoder ma Mère l'Oye.
"Je m'égare, je m'égare..."
Le Manuel de la morroglande : Apprendre à gèrer son auberge, et des oeuvres diverses sur Morroland :
Braillards et autres parasites :installez le mod qui vous en débarrassera , La Guerre des Braillards, Morroglandais : apprenons à ne pas les démouler trop chauds, par Olive Desnoy-Iauté

Il n'y avait rien de ce côté. Iannanis se mit en devoir de fouiller le bureau et trouva un tas de choses inutiles comme des dentiers en ébonite, d'autres en verre, des couches en peau de galopin qui avait sûrement été confisqués à des pensionnaires plus agités que les autres. Il y avait aussi des gâteaux mous, des bons de sortie pour Pélagiad et Balmora, une carte de membre du CCEPM, des dessins d'elfes des Bois en bikini faits par un certain Grodoudou, et un drôle de truc qui semblait être une épée en bouillie de betterave séchée. Sur le bureau, un épais dossier paraissait abandonné là et décrivait des activités secrètes à l'Hospice, mais rien pour Iannanis.
Mais un papier attira son attention : il était aufond d'un tiroir, sous un coussin pèteur, semblait reproduire le plan d'un ancien sanctuaire daédrique. Plus au fond encore, elle trouva un ancien livre. Vu l'état, il datait sûrement d'avant la fondation de l'Hospice. Au détour d'une page, un papier tomba. Iannanis lut :
"Souviens-toi du vase de Soisson...C'est par là. Mais d'abord, bonne lecture."
Et une flèche indiquait la direction de la terrasse.
"Franchement, ça devient n'importe quoi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
3xn
Maître en Armure de Verre
avatar

Nombre de messages : 774
Localisation : Resdayn
Date d'inscription : 18/08/2004

MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   Mar 09 Aoû 2005, 18:59

dans la poche du gardien Grodoudou, l'anneau s'agita. il commença par tourner sur lui-même, puis fît des bonds de plus en plus haut! à mesure que ces bonds se fesaient plus grands, l'anneau se rapprochait de l'air libre... plus que quatre centimettre! à chaque fois que l'anneau retombait au fond de la poche, il créait des vibrations qui menaçait d'éveiller les soupçons du gardien. plus que trois centimettres! dans la poche régnait une odeur acre et nauséabonde. le gardien n'avait pas dût laver sa tunique depuis des siècles... plus que deux centimettres! l'anneau, par un moyen inconnu, percevait, par delà l'ouverture de la poche, le ciel grisâtre qui régnait sur Wormgond. Une pluie fine se mit à tomber, rendant l'erbe du parc glissante. plus qu'un centimettre! POF! le noir complet. l'anneau céssa brusquement de bouger. la main de Grodoudou s'était refermé sur lui. adieu les espoirs d'évasion de l'anneau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GraveWorm
Mister TESC que c'est ?
avatar

Nombre de messages : 974
Localisation : Cergy (95)
Date d'inscription : 11/08/2004

MessageSujet: sucre de lune gardien   Mer 10 Aoû 2005, 18:07

Voyant le gardien porter la main à sa poche, GraveWorm pensa qu’il allait en sortir une arme et faire volte face soudainement. Mais au contraire, le bonhomme poursuivit son chemin.
Se trouvant près de l’habitation désormais vide, il décida d’y jeter un œil, en quête de quelque confiserie ou objet de valeur.
Connaissant le niveau de son talent pour le crochetage, il entreprit de casser une vitre tout en se protégeant la main avec un pan de son gilet de laine.
La vitre céda sans faire trop de bruit et GraveWorm se glissait bientôt dans une pièce sombre et encombrée.
Tout invitait au confort dans la demeure cossue du gardien.
Divers biblots représentatifs de cultures variées étaient rassemblés dans une minutieuse collection, davantage de livres qu’il ne pourrait jamais en lire étaient rangés avec soin dans une imposante bibliothèque et disposés autour de la cheminée soigneusement travaillée des meubles de qualité supportaient des tentures, napperons et lampes à huile soigneusement ouvragées. Un fauteuil en cuir de bonne taille lui tendait même les bras.
Tout était calme et sérénité, confort et culture.
Cela ne convenait pas du tout à GraveWorm qui fit rapidement quelques modifications.
Briser une chaise lui fournit du petit bois, et un épais volume de « Guerre et Paix, puis à nouveau la Guerre » lui servit à allumer dans l’âtre un joyeux foyer dont la gourmandise sans fin semblait demander le sacrifice des livres les uns après les autres.
Las de jeter des ouvrages dans les flammes, GraveWorm fit basculer non sans mal la bibliothèque de sorte qu’il ne reste pas en place un seul des parallélépipèdes effrontés.
Il fit alors la découverte d’un petit sachet dans une cavité creusée dans le mur derrière le meuble imposant.
Goûtant d’abord avec méfiance un des petits cristaux enfermés dans le sac, il s’installait bientôt dans le confortable fauteuil en cuir, avalant les cristaux sucrés comme on enfile les perles tout en regardant l’incendie littéraire déborder de la cheminée….
Et puis soudainement il comprit que ces cristaux sucrés à la couleur de la Lune devaient avoir des effets sur l’organisme car un profond sommeil l’envahit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Histoire de l'Hospice de Morroland   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Histoire de l'Hospice de Morroland
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Histoire d'animaux à Wasquehal
» L’histoire des Tortues
» Histoire touchante
» Histoire d'un vieux gros chat noir
» histoire de corset

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morroland :: Forum Morroland :: L'Hospice de Morroland-
Sauter vers: